Fantasy

Série Wayfarers T1 : L’espace d’un an de Becky Chambers

Roman papier : 23,90 €

Résumé :

Rosemary, jeune humaine inexpérimentée, fuit sa famille de richissimes escrocs. Elle est engagée comme greffière à bord du Voyageur, un vaisseau qui creuse des tunnels dans l’espace, où elle apprend à vivre et à travailler avec des représentants de différentes espèces de la galaxie : des reptiles, des amphibiens et, plus étranges encore, d’autres humains. La pilote, couverte d’écailles et de plumes multicolores, a choisi de se couper de ses semblables. Le médecin et cuistot de bord occupe ses six mains à réconforter les gens pour oublier la tragédie qui a condamné son espèce à mort. Le capitaine humain, pacifiste, aime une alien engagée dans la guerre. L’IA du bord hésite à se transférer dans un corps de chair et de sang. Les tribulations du Voyageur, parti pour un trajet d’un an vers une planète lointaine, composent la tapisserie chaleureuse d’une famille unie par des liens plus fondamentaux que le sang ou les lois : l’amour sous toutes ses formes. Loin de nous offrir un space opera d’action et de batailles rangées, Becky Chambers signe un texte tout en humour et en tendresse subtile, et réussit le prodige de nous faire passer en permanence de l’expérience d’un exotisme avéré à la sensation d’une familiarité saisissante.

Mon avis :

J’ai vu ce roman sur la chaine d’ Audrey Bookworld qui m’avait donné envie de le découvrir et quand je l’ai vu à la bibliothèque, je me suis jetée dessus.

Je n’avais jamais lu de Space Opéra jusqu’à maintenant donc je ne savais pas où je mettais les pieds et mon avis ne sera, peut être, pas aussi élogieux que le sien car, malgré le fait, que j’ai adoré suivre les personnages, que l’univers soit top, j’ai, quand même, quelques réserves.

On va, d’ailleurs, commencer par les bémols, comme ça, on terminera par une note plus positive :

– Pour moi, il manquait réellement d’action. A partir de la moitié du roman, même si je prenais beaucoup de plaisir à suivre nos personnages, il me manquait du rythme.

C’est une lecture assez exigeante pour ceux, qui comme moi, sont novices en la matière, il faut quand même s’accrocher car il y a pas mal de descriptions, de termes techniques mais je ne vous en dit pas plus car c’est aussi finalement l’un des points forts du roman.

– Et ensuite, je n’ai pas été séduite par la fin, je ne sais pas comment vous l’expliquer mais je m’attendais à une fin plus dynamique.

Passons maintenant aux points forts :

– Tout d’abord, j’ai complètement été sous le charme de notre équipage. Comme il est dit dans le résumé, on a différentes espèces et via ces personnages, l’Autrice va nous parler de thématiques assez intéressantes comme l’acceptation de soi, la confiance en soi, elle va beaucoup insister sur le physique, comment peut on vivre ensemble alors qu’on est différent des autres ? Elle va aussi nous parler de l’intelligence artificielle, du clonage etc….En tout cas une chose est sûre, c’est que je me suis attachée à chacun d’entre eux de manière différente.

– Et pour terminer, Becky Chambers va au fond des choses pour tout : On a un univers qui est très développé, comme on est dans un univers de tunneliers, elle va nous expliquer comment creuser un tunnel, les risques etc… ; On a des personnages qui sont bien travaillés puisqu’on où l’on va connaître pour chacun d’entre eux leur histoire et leur façon de penser. Alors c’est sûr, cela enlève du rythme à l’histoire qui reste bien menée mais on ne pourra pas l’accuser d’avoir survolé un aspect.

Je vous avoue que pour toute la partie technique des tunnels surtout quand il est question de notions interdimensionnelles, je n’ai pas tout compris mais je pense avoir saisi le principal.

En résumé : Un très bon premier tome avec cependant quelques réserves, me concernant, mais que je vous conseille si vous aimez le genre ou si vous avez envie de le découvrir. Pour ma part, je lirai le tome 2 avec grand plaisir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *