New Adult,  Romance

Goods girls love bad boys T1 d’Alana Scott

 

(Je lui mettrai plus 2,5/5 que 3/5)

Partenariat NetGalley-Harlequin

Genre : New Adult

Ebook : 4,99 €

Résumé :

Il n’est pas l’homme qu’il lui faut. Il est celui qu’elle veut. 

Élodie est une fille bien, une fille sage. Une fille intelligente qui, dès son premier jour au lycée de Saint-Louis, comprend que, si elle veut survivre, elle va devoir s’endurcir. Car, dans ce nouvel environnement régi par la loi du plus fort, la violence et les trafics de drogue sont monnaie courante. Surtout, elle doit rester loin de Zach Menser, celui que tout le monde craint et qui aurait fait de la prison. Mais, quand le destin la contraint à fréquenter de très près Zach, Élodie comprend que le plus dangereux chez ce garçon, ce n’est pas son passé trouble et violent, mais peut-être son sourire…

Mon avis :

Ce roman avait tout pour me plaire et je suis sûre qu’il plaira à beaucoup de lecteurs, puisqu’on a :

  • une héroïne qui ne se laisse pas faire,
  • un personnage masculin, un brin mystérieux, arrogant mais pas trop,
  • des personnages secondaires intéressants,
  • une histoire sympathique à suivre,
  • un style d’écriture très agréable, j’ai tourné les pages très rapidement…

Le seul problème c’est qu’il ne m’a pas fait vibrer. Je n’ai pas été touchée plus que ça par cette histoire qui reste quand même assez commune et sans grande surprise.

Pourtant on a une ambiance assez sombre via ce lycée où c’est la loi du plus fort qui domine, Elodie va devoir se faire respecter pour survivre à ce nouvel environnement et j’ai beaucoup aimé son côté « badass » même si parfois c’était un peu trop. Zach est, peut être, défini comme le « Bad boy » de l’histoire mais je ne l’ai pas vu comme ça, je n’ai pas ressenti le danger ou la noirceur quand il était là ou quand il parlait. Leur romance reste classique, dans le sens où, ils ne peuvent pas être ensemble à cause de beaucoup de choses qu’on découvrira plus, je pense, dans les tomes suivants.

Par contre, il y a un point qui m’a agacé et ce sont les parents d’Elodie, surtout la mère qui se pose en victime alors que ses filles en voient de toutes les couleurs a l’extérieur et étant maman aussi, je ne l’ai pas comprise et j’avais plus eu envie de la secouer qu’autre chose.

En résumé : une lecture sympathique mais pas de quoi fouetter un chat.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *